TRANSITION ENERGETIQUE La Cnuced milite pour des politiques industrielles vertes

Dans un communiqué, la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (Cnuced) a appelé la communauté internationale à soutenir les politiques industrielles vertes dans les pays en développement tributaires des produits de base. L’objectif est de transformer et de diversifier leurs économies afin de faciliter leur transition énergétique à faible émission de carbone.

babathiam0000@gmail.com
By babathiam0000@gmail.com
4 Min Read

Le Rapport 2023 sur les produits de base et le développement de la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (Cnuced), publié, le 09 octobre 2023, met en lumière les actions nécessaires au niveau national et mondial pour relever le triple défi de la dépendance à l’égard des produits de base, des inégalités et du changement climatique, qui sont étroitement liés. « La voie d’une diversification inclusive et plus durable est à notre portée, mais elle exige un engagement politique fort de la part des pays en développement tributaires des produits de base et de leurs partenaires de développement », a déclaré la Secrétaire générale de la Cnuced, Rebeca Grynspan, dans un communiqué. Ce rapport présente, à l’en croire, aussi « une approche globale qui peut favoriser le développement durable, protéger les populations vulnérables et contribuer à la réalisation des objectifs climatiques mondiaux ».  L’institution onusienne appelle ainsi la communauté internationale à jouer un rôle plus actif en apportant le soutien nécessaire à la réussite des politiques industrielles vertes dans les pays en développement tributaires des produits de base. Ces pays doivent avoir accès à des services financiers d’investissement et à des technologies abordables et suffisantes pour mettre en œuvre des politiques productives actives et atténuer les risques liés au changement climatique afin de rendre leurs structures économiques plus diversifiées, plus résistantes et mieux préparées à un avenir à faible émission de carbone.

Le document souligne que pour limiter le réchauffement de la planète à 2°C au-dessus des niveaux préindustriels, une part importante des ressources naturelles devra rester inutilisée. Il s’agirait d’un tiers des réserves mondiales de pétrole, de la moitié des réserves de gaz naturel et de plus de 80% des réserves de charbon. 

« Les politiques industrielles vertes, soutenues par les partenaires internationaux, joueront un rôle central à mesure que les pays reconfigureront leurs structures économiques en vue d’un avenir plus efficace sur le plan énergétique et à faible émission de carbone. (…) », ajoute-t-on dans le communiqué. La note précisée aussi que le rapport présente des stratégies visant à développer les capacités productives et technologiques, à créer des emplois de qualité, à promouvoir la cohésion sociale, une transition juste et l’égalité entre les hommes et les femmes. « Ce qui permettra d’aider les pays en développement tributaires des produits de base à adopter une voie de diversification plus verte, à tirer davantage de valeur de leurs produits de base et à s’intégrer dans les chaînes d’approvisionnement régionales et mondiales », poursuit le texte.

D’après les experts de la Cnuced, l’exploitation de nouveaux marchés de l’énergie et de produits verts peut aider à créer de nouveaux emplois, augmenter les revenus, et réduire les écarts entre milieux urbains et ruraux. Le rapport relève également la nécessité de plans nationaux globaux pour améliorer l’accès à l’énergie et les possibilités de développement du capital humain, comme l’éducation, les soins de santé et les programmes de développement des compétences. 

La Rédaction

Share This Article
Leave a comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.