IMPACTS SANITAIRES DES CHANGEMENTS CLIMATIQUES

Des Ong lancent un programme régional Le réseau Enda et la Fondation Sanofi appuient des porteurs de projets venus du Sénégal, du Mali, du Tchad, de la Côte d’Ivoire, de la Guinée Bissau, du Burkina Faso et du Ghana pour lutter contre les dégâts sanitaires et économiques liés aux changements climatiques.

babathiam0000@gmail.com
By babathiam0000@gmail.com
2 Min Read

Enda Tiers-monde, Enda Energie, Enda Santé et la Fondation Sanofi ont lancé, le samedi 7 octobre, un programme accélérateur régional afin de lutter contre les effets des changements climatiques en Afrique de l’ouest et du centre. En clair, le réseau Enda et la Fondation S ont décidé d’appuyer les organisations communautaires dans leur lutte contre les dégâts sanitaires et économiques qu’occasionnent les nouveaux phénomènes climatiques. C’est dans le cadre de l’initiative « Action climatique et résilience santé » qui vise à assurer la promotion de solutions locales d’adaptation des communautés vulnérables aux effets du changement climatique sur les déterminants sociaux et environnementaux de la santé.

Ainsi, des porteurs de projets, venus du Sénégal, du Mali, du Tchad, de la Côte d’Ivoire, de la Guinée Bissau, du Burkina Faso et du Ghana ont signé des conventions de financement pour que chacun, en ce qui le concerne, puisse aider sa communauté à être résiliente. « Aujourd’hui seulement 5% du financement du changement climatique va sur des question d’adaptation et 1 % sur les questions de santé. Nous sommes ici pour financer des projets qui aideront les populations locales à accroitre leur résilience sanitaire pour faire face à l’impact du changement climatique », a déclaré Vanina Laurent-Ledru, Directrice générale de la Fondation Sanofi.

Avec ce programme, les populations bénéficiaires vont améliorer leurs capacités d’adaptation aux fortes chaleurs, aux phénomènes météorologiques extrêmes, aux précipitations, à l’augmentation de la durée et à la prévalence des maladies infectieuses ainsi qu’à l’émergence de nouvelles pathologies. « Nous vivons actuellement, au Sénégal, des périodes de forte chaleur et de pluie causant des inondations dans certaines localités. Nous notons également des poussées des maladies telles que le paludisme. L’élévation des niveaux de température et de pluviométrie a des conséquences sur la santé humaine et cause beaucoup de décès », a constaté Sécou Sarr, Secrétaire exécutif du réseau Enda Tiers-Monde.

Share This Article
Leave a comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.