HYDRO-DIPLOMATIE

Moustapha SY
By Moustapha SY
2 Min Read
OMVS-Partenaires-Diplomatie-Eau

Renforcement des capacités en hydro-diplomatie pour la gestion des ressources en eau transfrontalières en Afrique

Depuis hier et jusqu’au 24 avril, Dakar accueille un atelier régional axé sur l’analyse des besoins de formation en hydro-diplomatie des Organismes de bassins transfrontaliers (Obt) en Afrique de l’Ouest et du Centre, ainsi que sur l’échange d’expériences sur les modèles de coopération. Cette initiative, organisée par l’Organisation pour la mise en valeur du fleuve Sénégal (Omvs) en collaboration avec plusieurs partenaires, vise à renforcer les capacités des acteurs impliqués dans la gestion des ressources en eau transfrontalières.

Mohamed Abdel Vetah, Haut-commissaire de l’Omvs et secrétaire technique permanent du Réseau africain des organismes de bassin (Raob), a souligné l’importance de cet atelier. Selon lui, il s’agit de comprendre les besoins spécifiques des Obt en matière de diplomatie de l’eau et d’établir une synergie avec le programme de formation universitaire en hydro-diplomatie. Cette démarche vise à prévenir les conflits liés aux ressources en eau et à assurer la sécurité hydrique, énergétique et alimentaire du continent.

La rencontre de Dakar permettra également de peaufiner un programme de formation adapté aux futurs acteurs politiques et diplomatiques africains. Ce programme, basé sur les leçons tirées des différents modèles de coopération, sera ensuite diffusé dans d’autres pays africains afin de répondre aux besoins spécifiques de la région.

Mohamed Abdel Vetah a également souligné l’importance de développer la formation en hydro-diplomatie en Afrique, s’inspirant des expériences réussies de pays comme la Suisse, les États-Unis ou les Pays-Bas. Il estime que cette démarche pourrait favoriser le rapprochement et la stabilité entre les pays africains.

Enfin, le Haut-commissaire de l’Omvs a rappelé l’expérience des pays membres de l’Organisation dans la gestion des eaux transfrontalières, affirmant que cette expérience pourrait servir d’inspiration à d’autres pays partageant un bassin fluvial pour une gestion conjointe des ressources en eau.

Ben Alpha

Share This Article
Leave a comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.