Déforestation et dégradation des terres :  des majeurs pour l’environnement selon le Ministre de l’Environnement et de la Transition écologique

Moustapha SY
By Moustapha SY
2 Min Read
Le ministre de l’Environnement et de la Transition écologique, Daouda Ngom

Le ministre de l’Environnement et de la Transition écologique, Daouda Ngom, a souligné lors d’un entretien avec Le Soleil à l’occasion de la Journée mondiale de l’environnement, que la déforestation entraîne la dégradation des terres, parmi d’autres conséquences préoccupantes.

Pour cette édition, le thème choisi est « La restauration des terres, la désertification et la résistance à la sécheresse », avec le slogan « Nos terres. Notre avenir. Nous sommes la Génération restauration », rappelle le Pr Daouda Ngom. Il souligne que la dégradation des sols est l’un des nombreux défis environnementaux auxquels le Sénégal est confronté, avec la déforestation et le trafic de bois dans les parties méridionale et orientale du pays en tant que problématique majeure.

Le ministre souligne également que la pollution des eaux, des sols et de l’air constitue un problème important pour le Sénégal. Il cite l’exemple alarmant de la pollution de la Falémé, principal affluent du fleuve Sénégal, due à l’industrie minière, ayant entraîné la quasi-disparition des poissons et d’autres formes de vie.

Par ailleurs, l’érosion côtière et marine, résultant du changement climatique, est devenue un problème environnemental majeur. Malgré les efforts déployés par le gouvernement ces dernières années, les zones les plus impactées restent Saint-Louis, Rufisque, Bargny, Saly, Djifer, Kafountine, les îles Carabane et Diogué, selon le ministre.

Ben alpha

Share This Article
Leave a comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.