Crise de financement en Afrique : Plus de 74% des journalistes abandonnent la couverture environnementale

Plus de 74% des journalistes abandonnent la couverture environnementale

Moustapha SY
By Moustapha SY
3 Min Read
Journalistes-Médias

À Accra, au Ghana, lors de la 3e Convention annuelle des médias africains, le Réseau des journalistes africains spécialisés sur le développement durable et le changement climatique a dévoilé les conclusions alarmantes d’une enquête menée auprès de 150 journalistes. Réalisée du 10 au 13 mai 2024, cette étude met en lumière les difficultés financières auxquelles sont confrontés les journalistes qui couvrent les questions environnementales à travers le continent.

Selon les résultats, plus de 74,7% des journalistes interrogés ont indiqué avoir réduit ou abandonné la couverture des sujets environnementaux en raison du manque de moyens financiers. Cette tendance inquiétante révèle une crise profonde dans le secteur journalistique africain, mettant en évidence les obstacles persistants auxquels sont confrontés ceux qui cherchent à rapporter sur des enjeux cruciaux tels que le changement climatique, la pollution et la durabilité.

L’étude montre également que 85,3% des journalistes estiment ne pas disposer de moyens suffisants pour exercer leur métier correctement. Parmi les principales raisons évoquées, la pandémie de COVID-19, le déclin économique et l’absence de publicité sont en tête de liste. De plus, 82,7% des répondants ont signalé des difficultés financières au cours des trois dernières années, citant des facteurs tels que l’inflation, les loyers élevés et la rareté des publicités.

En outre, près de la moitié des journalistes (44%) reconnaissent un manque de préparation intellectuelle pour aborder les questions environnementales, soulignant ainsi le besoin urgent de formations spécialisées dans ce domaine. Près des deux tiers des répondants ont également été témoins d’une violation de la liberté de la presse au cours des trois dernières années, mettant en lumière les risques inhérents à la couverture de sujets sensibles.

Malgré ces défis, une lueur d’espoir apparaît : plus d’un quart des journalistes (26,7%) constatent un intérêt croissant du public pour les questions environnementales, tandis que près d’un tiers (32,7%) identifient une demande croissante de sujets tels que le changement climatique, le développement durable et la biodiversité.

Les résultats de ce sondage soulignent l’urgence d’une action concertée pour soutenir les journalistes environnementaux en Afrique. Alors que la crise climatique s’intensifie, il est impératif de garantir que ces voix continuent à informer et à sensibiliser le public sur les enjeux environnementaux critiques auxquels le continent est confronté.

Ben alpha

Share This Article
Leave a comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.