AMELIORATION DES SERVICES D’ASSAINISSEMENT ET DES RESSOURCES EN EAU AU SENEGAL : la Banque mondiale octroie 200 millions de dollars

Moustapha SY
By Moustapha SY
3 Min Read
promotion de la sécurité hydrique dans les zones prioritaires

Le Sénégal vient de franchir une étape cruciale vers l’amélioration de ses infrastructures d’assainissement et de gestion des ressources en eau, grâce à un financement de 200 millions de dollars approuvé par la Banque mondiale le 21 juin dernier. Ce soutien financier, équivalent à environ 122,4 milliards de FCfa, est destiné à renforcer les services d’assainissement et à promouvoir la sécurité hydrique dans les zones prioritaires à travers le Programme intégré de sécurité de l’eau et de l’assainissement au Sénégal (Pisea).

Selon un communiqué de la Banque mondiale, cette première phase du Pisea bénéficiera en priorité aux 600 000 habitants du Grand Dakar en améliorant l’accès à des services d’assainissement fiables. Toutefois, son impact s’étendra bien au-delà, touchant plus de sept millions de personnes à l’échelle nationale. Notamment, elle permettra à 3 000 agriculteurs d’irriguer 600 hectares grâce à l’utilisation d’eaux usées traitées, contribuant ainsi à une gestion plus efficace des ressources hydriques. De plus, le projet prévoit des améliorations significatives du système hydraulique du lac de Guiers, essentiel pour l’approvisionnement en eau potable dans la région.

Mme Keiko Miwa, directrice des opérations de la Banque mondiale pour le Cabo Verde, la Gambie, la Guinée-Bissau, la Mauritanie et le Sénégal, souligne que ce financement soutiendra également l’extension des services d’assainissement collectifs dans la région de Dakar Est. De plus, il encouragera activement la réutilisation des eaux usées traitées pour l’irrigation agricole, une pratique essentielle pour accroître la résilience environnementale et améliorer la durabilité des ressources en eau.

Outre ces mesures, les fonds alloués viseront également la recharge des eaux souterraines, la réduction des pertes d’eau non facturées, la promotion de l’engagement citoyen dans la gestion des ressources hydriques, ainsi que la préparation de réformes sectorielles clés. Ce projet ambitieux est financé par l’Association internationale de développement (Ida), la branche de la Banque mondiale dédiée au soutien des pays en développement.

Il s’agit de la première phase d’une stratégie programmatique étalée sur une décennie, avec un investissement total prévu de 800 millions de dollars (environ 489,6 milliards FCfa). Ce programme vise à transformer durablement les infrastructures hydrauliques du Sénégal, assurant ainsi un accès plus équitable et sécurisé à l’eau potable et à des services d’assainissement modernes pour l’ensemble de sa population.

#SécuritéHydriqueSénégal, #InvestissementEauSénégal

Ben alpha

Share This Article
Leave a comment
  • On dirait que les investisseurs sont entrés de débloquer l’investissement après l’incertitude d’avant les élections. Quelle chance pour le nouveau gouvernement

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.