3 500 occupations illicites obstruent le drainage des eaux à Dakar

Dans la ville de Dakar au Sénégal, la planification urbaine et la lutte contre les inondations se heurtent à 3 546 occupations illicites.

latyr0503@gmail.com
By latyr0503@gmail.com
2 Min Read

Au Sénégal, une étude d’experts a permis de recenser 3 546 cas d’occupations illicites à Dakar notamment près des lacs et des ouvrages de drainage. Il s’agit précisément de 1 349 bâtiments déjà construits, 905 bâtiments en cours de construction et 1 234 parcelles à usage d’habitation. Ces chiffres ont été révélés par Mamadou Mamour Diallo, Directeur général de l’Office national de l’assainissement du Sénégal (ONAS).

« Le but est d’examiner la nature juridique exacte des zones ciblées, de définir les modalités de retrait en cas de nécessite ou de suggérer des actions alternatives. En effet, nous observons toute la nécessite de poursuivre les efforts de restructuration urbaine et d’aménagement des zones d’inondations, mais surtout de veiller à la restauration et à la préservation des exutoires naturels des eaux pluviales », explique Serigne Mbaye Thiam, le ministre sénégalais de l’Eau et de l’Assainissement.

Si les équipes du recensement plaident pour la dotation des collectivités territoriales en documents de planification spatiale (plans et schémas directeurs d’urbanisme), le Gouvernement sénégalais quant à lui envisage « la libération » des zones ciblées au cours des prochains mois. Une mesure qui devrait permettre d’éviter les inondations et les noyades à travers le renforcement des réseaux d’assainissement et la sécurisation des bassins de rétention des eaux de Dakar.

Hamdou Moustapha SY

Share This Article
Leave a comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.